RSOC Vol. 12 No. 14 2015 pp 23. Publié en ligne 20 juillet 2015.

Présence de champignons sur les composants optiques : que faire et comment l’éviter ?

Ismael Cordero

Ingénieur clinique, New York, États-Unis. ismaelcordero@me.com


Related content
Figure 1. Ismael Cordero
Figure 1. Ismael Cordero

Dans les régions chaudes et humides, il est fréquent que des champignons se développent à la surface des composants optiques. Des spores fongiques en suspension dans l’air se déposent sur les surfaces optiques et donnent naissance à des organismes qui digèrent les résidus organiques (comme la graisse des empreintes digitales ou le revêtement des lentilles) et produisent de l’acide fluorhydrique. Cet acide détruit le revêtement des lentilles et attaque le verre, causant des dommages irréversibles.

Au début, l’utilisateur peut ne pas déceler la présence de champignons (voir Figure 1). Néanmoins, avec le temps, les champignons prolifèrent jusqu’à former un réseau recouvrant toute la surface de la lentille. Ce processus entraîne d’abord une très légère perte de luminosité de l’image, puis une perte de contraste due à la réflexion de la lumière sur le champignon. En phase finale, le champignon raye le revêtement de la lentille et la netteté de l’image se détériore.

Prévenir le développement des champignons

Les spores fongiques se trouvent partout et germent dans des conditions environnementales précises :

  • humidité relative ≥ 70 % pendant plus de trois jours
  • peu ou pas d’aération
  • obscurité
  • nutriments (résidus de fibres textiles, traces de graisse, vernis, poussière et saletés).

Pour prévenir la croissance de champignons sur les composants optiques, il faut prendre les précautions suivantes :

Figure 2. Boîte de séchage
Figure 2. Boîte de séchage
  • Sécher les instruments avec optiques immédiatement après leur utilisation et leur nettoyage. La ventilation forcée (ventilateur dans la pièce) accélèrera le séchage.
  • Conserver les composants optiques dans un endroit sec parfaitement ventilé et dont l’humidité relative est inférieure à 65 %. Les climatiseurs et les déshumidificateurs sont très utiles mais doivent être utilisés 24 heures sur 24 car les variations brutales de température et d’humidité favorisent le développement des champignons.
  • Dans les environnements humides, ne pas couvrir les optiques avec des housses en plastique (souvent fournies par les fabricants de matériel médical) car ces dernières retiennent l’humidité. Si une housse est nécessaire contre la poussière, utiliser une housse en tissu.
  • Ne pas entreposer les optiques dans des récipients en cuir, textile ou bois.
  • Les optiques peuvent être entreposées dans des récipients en plastique fermé, sous réserve d’y inclure des sachets de gel de silice pour absorber l’humidité. Vérifier l’état des sachets et les remplacer en cas de décoloration ou d’humidité.
  • Exposer les optiques pendant de courtes périodes à la lumière solaire ou au rayonnement ultraviolet artificiel ; ceci peut aider à prévenir la croissance des champignons.
  • Placer des capsules fongicides remplaçables dans les armoires de stockage des optiques ou dans les appareils de grande taille comme les microscopes chirurgicaux. Ces capsules peuvent être obtenues auprès de certains fabricants d’instruments et leur durée de vie est d’environ trois ans.
  • S’il est difficile de maintenir la sécheresse de l’environnement, fabriquer une boîte de séchage (voir Figure 2) afin d’y entreposer les composants optiques lorsqu’ils ne sont pas utilisés. La boîte comporte un élément chauffant ou une ampoule qui permet de réchauffer et sécher l’air. Des orifices découpés dans le couvercle et le fond de la boîte permettent la circulation de l’air de bas en haut. Placer des filtres à tamis (filtres à poussière) sur les orifices pour empêcher la poussière de pénétrer dans la boîte.

Retirer les champignons

Il est souvent difficile d’enlever les champignons qui se sont développés à la surface des lentilles. Le résultat est rarement satisfaisant car les dégâts sont souvent irréversibles. Toutefois, la destruction et l’élimination des champignons, ainsi que le nettoyage de la surface optique, peuvent prolonger la durée de vie utile de l’instrument, à condition que celui-ci puisse encore produire une image de qualité acceptable.

Matériel nécessaire :

  • Fongicide. Les solutions fongicides à usage optique sont généralement onéreuses et difficiles à obtenir, mais elles sont vendues par certains fabricants de matériel optique. Sinon, utiliser un mélange 50/50 d’eau oxygénée (H2O2) et d’ammoniaque (NH3). Généralement 5 ml de chaque liquide suffisent, soit un total de 10 cm3. Effectuer le mélange juste avant utilisation et ne pas conserver le produit obtenu.
  • Petite seringue (5 ml) sans aiguille
  • Solution de nettoyage pour lentilles
  • Cotons-tiges et papier à lentille.

Méthode :

  • Si possible, retirer les composants optiques à traiter et les placer sur une surface propre et plate.
  • Tremper le coton-tige dans la solution fongicide et le poser sur un support propre.
  • Avec la petite seringue (5 ml), déposer quelques gouttes de fongicide sur la surface optique à traiter. Utiliser le cotontige pour étaler les gouttes sur la surface. Répéter cette opération jusqu’à ce que la totalité de la surface optique soit recouverte d’une fine couche de fongicide.
  • Laisser agir le fongicide pendant environ une heure. Vérifier régulièrement et renouveler l’application de fongicide si le produit appliqué précédemment a séché.
  • Au bout d’une heure, appliquer délicatement un papier à lentille directement sur la surface optique pour absorber le fongicide. Ne pas frotter le papier sur la surface optique. Retirer le papier à lentille et en remettre un autre jusqu’à absorption totale du fongicide.
  • Laisser sécher pendant une heure.
  • Nettoyer la surface optique deux ou trois fois selon la méthode usuelle de nettoyage des optiques.
  • Réexaminer la surface optique pour vérifier qu’il n’y a plus aucune trace de champignon actif. Remarque : les dommages causés par le champignon seront toujours visibles car ils sont irréversibles.
  • Il est possible que le champignon a it attaqué les composants internes d’un assemblage de lentilles (système optique multiéléments ou oculaire, par ex.). Dans ce cas, ne pas démonter l’assemblage mais faire effectuer les réparations par le représentant qualifié du fabricant.
  • Une fois que toutes les surfaces optiques affectées ont été traitées, réassembler l’appareil.
  • Le risque de réapparition du champignon étant élevé, examiner attentivement et régulièrement le matériel, au moins une fois par mois. Appliquer à nouveau une solution fongicide en cas de réapparition du champignon.